Category Archives: ben merde alors

va savoir

savoir c’est savoir qu’on sait

croire c’est croire qu’on sait

savoir qu’on croit est non savoir

croire qu’on croit est ténèbres

you never know what is enough until you know what is more than enough

Nous voyons que, par une grâce divine, toutes les choses ont en elles un désir spontané d’exister d’une meilleure manière, autant que le permet la condition naturelle de chacune ; et que, de plus, agissent à cette fin et ont les instruments qu’il leur faut les êtres en qui le jugement est inné : celui-ci correspond au but de la connaissance, afin que le besoin n’en soit pas vain et que, là où l’entraîne la tendance de sa propre nature, il puisse trouver le repos. Si par hasard il n’en va pas ainsi, cela provient nécessairement d’un accident : par exemple la maladie fausse le goût ou la simple opinion, le raisonnement. C’est pourquoi l’intelligence saine et libre, qui, sans relâche, d’une recherche innée en elle, désire atteindre la vérité en explorant tout, la connaît, disons-nous, lorsqu’elle l’a appréhendée d’une étreinte amoureuse, car nous ne mettons pas en doute la parfaite vérité de ce qui s’impose à l’assentiment de tous les esprits sains. Or, tous ceux qui recherchent jugent de l’incertain, en le comparant à un présupposé certain par un système de proportions. Toute recherche est donc comparative, et elle use du moyen de la proportion : si l’objet de la recherche se laisse comparer au présupposé par une réduction proportionnelle peu étendue, le jugement d’appréhension est aisé ; mais si nous avons besoin de beaucoup d’intermédiaires, alors naissent la difficulté et la peine. Cela est bien connu dans les mathématiques : les premières propositions s’y ramènent aisément aux premiers principes très bien connus, tandis que les suivantes, parce qu’il leur faut l’intermédiaire des premières, y ont plus de difficulté. Donc toute recherche consiste en une proportion comparative facile ou difficile, et c’est pourquoi l’infini qui échappe, comme infini, à toute proportion, est inconnu. Or, la proportion qui exprime accord en une chose d’une part et altérité d’autre part, ne peut se comprendre sans le nombre. C’est pourquoi le nombre enferme tout ce qui est susceptible de proportions. Donc, il ne crée pas une proportion en quantité seulement, mais en tout ce qui, d’une façon quelconque, par substance ou par accident, peut concorder et différer. Aussi Pythagore jugeait-il avec vigueur que tout était constitué et compris par la force des nombres. Or, la précision des combinaisons dans les choses matérielles et l’adaptation exacte du connu à l’inconnu sont tellement au-dessus de la raison humaine que Socrate estimait qu’il ne connaissait rien que son ignorance ; en même temps que le très sage Salomon affirme que toutes les choses sont difficiles et que le langage ne peut les expliquer. Et un autre inspiré de l’Esprit de Dieu dit que la sagesse est cachée et qu’il n’est homme vivant qui puisse voir le siège de l’intelligence. Si donc il en est ainsi, comme l’affirme le très profond Aristote dans sa Philosophie première, pour les choses qui sont les plus manifestes dans la nature, si nous rencontrons une telle difficulté, comme des hiboux qui essaient de voir le soleil, alors que le désir que nous avons en nous n’est pas vain, il nous faut connaître notre ignorance. Si nous atteignons tout à fait ce but, nous atteindrons la docte ignorance. En effet l’homme dont le zèle est le plus ardent ne peut arriver à une plus haute perfection de sagesse que s’il est trouvé très docte dans l’ignorance même, qui est son propre, et l’on sera d’autant plus docte, que l’on saura mieux qu’on est ignorant. Tel est mon but : la docte ignorance, c’est à en parler quelque peu que j’ai consacré mes efforts.

Nicolas de Cuse

http://jm.nicolle.pagesperso-orange.fr/cusa/publidocti/page_docti.htm